17 décembre 2005

Segagaga, le chant du signe...


... ou le symbolisme vidéoludique dans le jeu vidéo.
Sorti en 2001 (le 29 mars, pourrait-on ajouter) Segagaga est le premier simulateur de Sega au monde (par simulateur de Sega, entendez que dans le jeu, vous bossez chez Sega).
L'histoire est relativement anecdotique, en 2025, Sega, au bord de la faillite, appelle à la rescousse de jeunes gens pleins de motivation pour mettre sur pied le projet Segagaga, un jeu révolutionnaire qui remettra Sega sur pied et le monde du jeu vidéo dans sa poche (je débute en japonais, si vous avez des précisions à donner sur le scénario, n'hésitez pas).
Sur ce pitch aux relens de vécu (Sega faisait en 2001 allègrement faillite avec sa Dreamcast face aux pachydermes du coin, cf quelques posts plus haut) démarre un jeu de rôle plutot classique truffé de références au passé du jeu vidéo dans son ensemble, sous forme d'évocations ou carrément de guests starring.
On rencontre par exemple dans les couloirs de la boite Yu Suzuki, créateur de Shenmue, Virtua Fighters et Space Harrier (entre autres), carricaturé, et d'autres de ses collègues parfois en photos pixelisées et animées avec les genoux. On retrouve également des personnages et des lieux de jeux vidéo historique ou au contraire de projets abandonnés (ah le projet Katana... hein Koubo? On en rêvait, hein?^^).
Quoiqu'il en soit, et c'est là où que je voulais en viendre, ce jeu se souvient de l'histoire des jeux vidéo, il joue intensément dessus, peut être avec une certaine démagogie, mais il n'oublie rien.
Il y a peu, dans ma belle école, des étudiants ont présenté un projet de jeu reprenant trait pour trait les principes d'un jeu relativement connu dont je tairai le nom ainsi que celui du projet sus cité, afin de ne pas me faire d'ennemis. L'Histoire, quelle qu'elle soit, nous évite de réinventer la roue tous les matins. Le jeu vidéo commence à avoir une histoire, à se définir en tant que culture (et pas en tant qu'art, bande de reliquats de Télérama), il est temps de le prendre en compte, notamment maintenant que le marché des écoles de jeu vidéo est lancé. Recréer quelque chose d'existant en pensant faire original, c est 'est rater une marche, ce qui est dommage quand c'est la première. OK, dans le microcosme du jeu vidéo, ce n'est pas rare d'observer certaines similarités d'un jeu à l'autre, surtou quand le titre est le même à un chiffre près... Mais ce n'est parce que certaines boites se permettent de sortir FIFA 2028 et Need For Speed 153 (voire Mario 12) que c'est nécessairement bien!!! Souvenons-nous de l'histoire des jeux, maintenant qu'ils en ont une! Profitons-en! Faisons des jeux pour lettrés du jeu, extrêmisons! Vive la double lecture! Arrêtons de prendre le joueur pour un consommateur sans culture. Vive Segagaga, brillant et noble chant du cygne de la Dreamcast et un peu aussi de Sega, qui a abandonné au même moment sa place de constructeur de hardware et un peu de son aura...

D'accord, si on n'est pas un incollable, on passe à coté de nombreux détails de Segagaga, très dense en références, et il en devient par là même un brin élitiste. Mais en toute honnêteté, combien d'entre nous n'ont pas compris tous les sketches de Pierre Desproges et en ont ri quand même?

13 cowabungarrr!:

Nintendododo,  dimanche, 18 décembre, 2005  

Mmmh...je suis d'accord, et pas d'accord en même temps...Je préfère Pierre Desproges quand même, parce que lui, au moins, il fait l'effort de s'exprimer correctement en BON FRANçAIS !
Ce qui n'est pas le cas de Segagaga.
Donc...je me permets de tempérer quelque peu ton enthousiasme. Voila, ça y est, je l'ai dit.




euh...sinon, les thèmes de jeu vaguement, voir quasiment similaire pullulent sur le marché, ce qui ne les empêchent pas forcement d'être bon.
Par exemple, et je n'en citerai qu'un tant il est parfait, Shadow of Colossus. Sur le principe, il est d'une banalité...Sauvez une princesse endormie de l'influence des forces du Mal. Je schématise bien sûr le scénario (plus subtil à mon sens), mais le principe de base est bien là. C'est prodigieusement original...euh....non. Mais c'est quand même bon. Parce que c'est une relecture du "mythe", chose possible dans le Jeu Vidéo : où le principe et les choix plastiques importent plus que le genre ou le scénario.
Je ne peux pas en dire plus, je ne l'ai pas fini...ce jeu...sigh

Sur ce en route vers de nouvelles aventures.

Pixo dimanche, 18 décembre, 2005  

En effet, j'ai cité Mario à dessein dans ma liste de jeux à suites, alors que je suis le premier à clamer haut et fort que les Mario ont le mérite de se renouveler en gardant le même pitch (peach?) à chaque épisode. Et je ne parle pas des Zelda!
Ce que je cherche à dire, c'est que quitte à utiliser un type de jeu déjà vu, autant savoir ce qui a déjà été fait, histoire de ne pas faire redondant.

Vanessa Par dimanche, 18 décembre, 2005  

Bon si j'ai bien compris, ce jeu est un bon jeu, et en plus il est gavé de référence à l'Histoire du jeu vidéo, ce qui lui donne cette suave saveur qu'il a l'air d'avoir (ça veut rien dire je m'en fous, na).

Oué. D'où la réflexion (peut-être ct, je sais jamais) sur l'importance de tenir compte de l'Histoire du jeu vidéo dans les développement futurs, et de ne faire des suites que si elles se justifient.

C'est bien dit. Je suis d'accord.

Etaient-ce les FIFA2012 et autres NFS Underunderunderground qui étaient visés? Parce que si on va par là y'a les FF aussi (en plus ils s'appellent finaux, et ça a pas l'air d'être une bonne raison pour s'arrêter)!

Bon je sais on me répète que ce sont des jeux bien tout ça, que Oh putain le graphisme (:p) etc. Seulement voilà, les aficionados de jeux de foot et autres courses de bagnoles sont comme nous : ils attendent la sortie du prochain jeu de foot où tu peux virer les entraîneurs, et recruter les meilleurs écervelés du ballon rond du monde, ... Pour moi (nous?) brique réfractaire à ce genre de jeux (quoique les vieux kick off sont tellement ridicules que c'en est fun finalement...enfin 5min quoi), pas d'innovation majeure à dénicher là-dedans. C'est rien qu'un pov'jeu d'foot'à deux balles.

Seulement les fans le voient autrement. Fifa est pour eux ce que Zelda est A MOAAAAAA: une princesse à sauver :p !!

Les développeurs sont bien conscients que c'est pas des masses original : mais ça se vend!!!! C'était inévitable à mon sens, cette dérive junk videogame...

Voilà, je pense que tout ce qui est écrit ci dessus doit pas vouloir dire grandchose (j'ai ptet même pas compris ce que tu voulais dire M4ttt _ parce que y'a pas que les jeux de foot qui manquent d'originalité, certaines productions étant malheureusement bâclées), mais c'est pas grave n'est-ce pas?

CHouiX

CHouiX est garanti sans grippe aviaire, ni chaire de poule

Microsoftoftoft,  dimanche, 18 décembre, 2005  

Ton raisonnement est quand même aussi bancal que ma grand mère qui peut faire mieux, petit ChouiX. Tu ne peux comparer l'élaboration d'un jeu de foot (ou de bagnoles) qui possèdent TOUS un background aussi pauvre que les commentaires télévisés qui leur échouent, à la construction des univers propres à CHAQUE FF et autres (Romancing)SaGa(Frontier), Dragon Quest, Grandia ect...qui sont tous des RPG tour/tour, donc, tout aussi similaires dans le principe que les FIFA/NFS qui collent à leur genre comme des glaires au fond de la gorge de Delamont.
En terme de création, tu ne peux nier que l'investissement est, sinon de piètre qualité, au moins beaucoup moins noble que celui déployé à l'élaboration d'un RPG sensé tenir en haleine un type joueur SPéCIFIQUE, car, déjà, obligatoirement lettré, pendant au moins une cinquantaine d'heures, si ce n'est (beaucoup) plus...

Une dernière chose, le "Oh putain le graphisme" ne s'applique que peu au genre RPG, les FF sont une exception, les autres séries sont accablés par l'eternel dilemme que pose ce genre : avec des impératifs de production aussi tyranniques que ceux infligés par contexte actuel de l'industrie du jeu, comment passer autant de temps à construire un monde, une histoire, des personnages, une trame scénaristique étoffée et captivante, sans négliger la partie technique...

Tu n'as qu'a voir les RPG-tactics de la petite société Nippon Icchi, qui pond laborieusement 1 jeu par an, exploitant à peu de chose près le même moteur depuis 4 ans...mais ces jeux sont de petites merveilles d'ingéniosité, d'humour, d'imagination !

Sinon, M4TTT, je tempérerais ta sentence : "quitte à utiliser un type de jeu déjà vu, autant savoir ce qui a déjà été fait, histoire de ne pas faire redondant."
D'une part en te faisant remarquer que je trouve qu'il est quasi-impossible de tout connaître en matière de jeu vidéo, malgré la relative jeunesse de cette discipline, et la quête de cette connaissance exhaustive peut entraîner une certaine tendance à la référence abusive qui pourrait, à la longue, paraitre prétentieuse et élitiste...type art contemporain... ;)
D'autre part, l'ignorance peut parfois conduire à des réappropriations inconscientes de références intuitives, souvent ratées car boursoufflées d'ignorance pratique, mais avec le potentiel d'aboutir à des produits frais, innovant, personnel et, surtout, à même de toucher un maximum de public, car inspirés d'une culture populaire.

Mais ce n'est que mon avis...

Pixo dimanche, 18 décembre, 2005  

Koubo (je t'ai reconnu^^), je partage ton opinion ainsi que celle de ChouiX, les jeux ayant leur public en fonction de leur type, et finalement un clône de fifa n s'appelant fifa n+1 ne me dérange que peu.
En revanche, et pour en revenir à la source de mon post, voir des étudiants partis sur un projet de jeu au genre bien spécifique et aux concepts ciblés MAIS empruntés en masse et inconsciemment à un relatif grand jeu, c'est ballot, car ils ne souffriront pas la comparaison (5 personnes et 6 mois contre 25 personnes et 2 ans, ça fait pas le même boulot) et n'offrent aucune nouveauté, pensant que leur principe est inédit!!! Je ne suis pas contre la spontanéité, au contraire, au même titre qu'il est impossible de TOUT connaitre des jeux vidéo, mais un petit tour d'horizon avant de se lancer dans un projet, ça ne fait pas de mal, et ça aurait permis à ces gamins de ne pas refaire un Messiah, ça y est je l'ai dit, admettez que c'est quand même couillon de refaire ce jeu sans le savoir.

Koubo, dernière remarque, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les grabataires poussiéreux des écoles d'art, connaitre toute l'histoire de l'art ne fait pas accéder à la sagesse suprême, ce serait plutot le contraire. En revanche, ce que refusent de croire les petits cons des écoles d'art, dont j'ai distraitement fait partie, c'est que de se renseigner un peu sur le sujet que l'on souhaite explorer avant de l'exploiter, ca rend moins con.^^
Tcho!

Billy la Banlieue 3,  dimanche, 18 décembre, 2005  

Je me méfie par dessus tout des références culturelles...Elles sont présentées les 3/4 du temps comme des excuses pour ne pas faire ci ou ça sous prétexte que ça a déjà été fait. Et alors ? Rien n'est parfait, non ? On peut toujours faire mieux, sinon différent !
L'intérêt des références tient en l'argumentation en cas d'attaque critique sur un travail personnel prodigué par des institutions (telles que les Bozars en effet), mais dans la vraie vie, on se tape éperdument qu'un jeu soit un remake officiel ou officieux d'un autre...du moment qu'il est bon !
La petite équipe d'ignorants qui trime dans ton école pourrait arriver à un petit jeu sympathique, sans commune mesure avec Messiah (qui date un peu quand même) évidemment, mais c'est un projet d'étudiants, alors on ne leur demande pas de révolutionner le monde du jeu, au moins d'éviter de faire de la merde...Enfin, quand même, heureusement que des gens comme toi, sage, éclairé, talentueux, guriguri, sont là pour les ramener sur le droit chemin. Non ? :p

Pixo dimanche, 18 décembre, 2005  

Tu marques un point, trou du... mon p'tit gars, un remake peut être bon, je suis d'accord. Je ne vois pas de contre-argument à avancer. Ceci étant, ça me ferait un tout petit peu mal au cul de faire un remake alors que je ne suis pas obligé de le faire, étant dans une école, le dernier endroit où je peux essayer de faire des projets invendables sans avoir peur de me retrouver au chômage. Mais ceci est mon point de vue, et ton argmentaire est juste. Merci pour cet éclairage.:)

m.

Ps : SALOPAAAAAAAAAAAAAAAAARD!!!!!^^

Pixo dimanche, 18 décembre, 2005  

pps: j'entends par "invendables" des projets originaux à l'extrême, peut être en désaccord avec le marché.

Antoine,  dimanche, 18 décembre, 2005  

Yo!

C'est ma première intervention sur ce blog, je suis un peu ému...
Alors voilà, je souhaitais exprimer une certaine modération dans les propos du sieur M4ttt. Mon cher, bien que tu connaisses ma position sur les projets (qui sont en effet la dernière occasion de se permettre des expérimentations sans considération d'un éventuel public cible), je ne serai pas aussi dur envers le projet du groupe de 2e année dont tu parles. Il est vrai que leur concept de base est loin d'être révolutionnaire (Messiah en effet, mais aussi Gheist ou encore Nomad Soul d'une certaine manière), mais de là à dire que c'est dénué d'originalité ou que c'est un remake, pardon mais je m'offusque ! Non pas que j'ai un intérêt particulier à les défendre, mais je trouve au contraire que les pistes de recherche de l'univers sont originales, et que certains détails du gameplay sont à la fois originaux et tranchent bien avec les références sus-mentionnées (Messiah y compris). Je dois reconnaitre que leur présentation n'était pas de grand standard, et qu'ils ont quelque peu désservi leur projet en le rendant assez fade et mettant peu l'accent sur la différenciation de leur concept.
La faute que je leur attriburai est donc plus d'ordre marketing. Ils n'ont pas su se vendre.
Après, je reste d'accord sur le fait qu'ils (comme tous les autres groupes) restent assez dans un esprit "on fait comme si on était des vrais pro" et que par conséquant, l'originalité des concepts se trouve plus dans des petits détails greffés sur un concept déjà reconnu vendeur.

Pour ce qui est du cas de Segagaga, la description est alléchante et j'attends la rentrée (enfin... pas trop vite quand même !) pour pouvoir essayer la bête.

Comme c'est la période où on se souhaite tout pleins de choses, je t'en souhaite de bonne !

Pixo lundi, 19 décembre, 2005  

Merci Antoine, je te souhaite plein de bonnes choses aussi!;) Je crois que nous sommes désormais tous d'accord, ces petits 2ème années ne méritaient pas la mort douloureuse que je leur préconisais, un petit passage à tabac suffira.:)
Ceci étant, et pour clore le débat, n'oubliez pas une chose:
Je n'aime pas les gens.^^

Non, plus sérieusement, le point à noter de cette histoire est que s'ils n'ont pas su se démarquer de Messiah et présenter cette histoire de possession sous un angle différent du jeu de Shiny, c'est parce qu'ils ne le connaissaient pas. D'où mon post. Révisons donc nos classiques, de temps en temps. Et Antoine, ce sera un plaisir que de te faire tester Segagaga, j'espère que tu as terminé le visionnage des 40 leçons de japonais, parce que tu vas en avoir besoin!!^^

KoubiX, tapeur alphabétique confirmé.,  lundi, 19 décembre, 2005  

http://www.mortecouille.com/index.php?2005/12/11/107-alphabet

ça, c'est du concept invendable.
Prenez-en de la graine. 5000ème environ. Ahaaa.

Mr_Humpf mercredi, 21 décembre, 2005  

Bon alors, je suis assez d'accord, avec tout ce qui se dit, meme les choses qui s'opposent, c'est fou quand même, mais je voudrais appuyé certains points.

On a deux ans pour prouver ce que l'on vaut, sans véritable contraintes economiques, comme si l'a bien dit M4ttt, donc lachons nous, et ne pompons pas allégrement ce qui se fait? L'inspiration c'est bien, le plagiat c'est mal, et rapellez vous les paroles de Orson WElles :"Ce que j'aime pas, c'est les voluers et les fils de putes".

DOnc faire du MEssiah, là où le génial David PErry s'est gauffré, ben c'est pas une bonne idée.


SInon, il est vrai que les présentations étaient complètement baclées. Les gars ne mettaient pas du tout en avant leur travail; et finalité, par peur qu'on leur pique leur super idées géniales-révolutionnaires auqeulle personnes n'a déjà pensé, ben on a pas vu une seule image du jeu, ni comment ça se jouait (ex:Jia Ling).

La seule presentation qui tenait la route, et où les mecs se sont super biens vendus alors qu'ils n'ont absolument rien de concret; c'est "EYE"...

Voilà, sinon FF c'est la classe, et Zelda en 3D c'est mal.

Pixo mercredi, 21 décembre, 2005  

Fouteur de merde.^^
Bienvenue, msieu humpf!;)

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi