19 février 2006

Réflexions de jour de pluie...

Bon, légèrement en décalé vu que le jour en question, c'était mercredi dernier, mais j'ai eu la flemme d'écrire entre temps, donc vous y avez droit aujourd'hui.
Ce mercredi-là, justement, il pleuvait des baquets d'eau, embrumant la plaine que ma colline surplombe d'un voile gris-bleu qui jouait à cache-cache avec les formes lointaines des arbres encore debout. A l'abri dans l'habitacle de ma Porsche, arrêté au milieu du chemin, j'écoutais la musique lancinante des gouttes d'eau kamikazes se jetant sur le toit de ma voiture qui pourtant ne leur avait ren fait. Ce faisant (oui, je sais, je ne faisais rien mais c'est une licence littéraire), je méditai sur des sujets divers animant mon existence, ces derniers temps, comme pêle-mêle le Japon, les jeux vidéos, l'école, mon futur, bref, un tas de choses hautement passionnantes pour peu qu'on ne se situe pas à l'extérieur de ma boîte crânienne. Ce faisant derechef, j'établissai une hierarchie de mes objectifs, non sans une certaine difficulté. En mettant de côté mon objectif primordial évident qui est de vivre heureux avec la femme que j'aime (qui est présentement en train de se shooter à Katamari Damacy, mais c'est une autre histoire), je plaçai en premier lieu, après une réflexion relativement intense, le Japon. Puis le métier qui me plaît (être payé pour faire des dessins), puis je me suis dit que ça ne valait décidément pas la peine de se prendre la tête à tracer des plans sur la comète (un kilo de pommes de terre à celui ou celle qui me trouve l'explication de cette expression), tant l'incertitude reigne en ce bas monde.
Alors je me suis dis que peut être la solution résidait simplement dans la poursuite aveugle d'un destin flou (putain c'est beau), et non dans le voeu irréalisable de suivre une ligne trop clairement définie. Alors je me dis que finalement ma voie n'est pas immuable. Alors j'annonce, pour ceux qui auraient des idées/infos/conseils/financements/kebabs gratuits chez Jaffar (raaaah), que après mon master (ou avant, mais bon ce ne serait pas raisonnable) je vais sans doute faire une formation à la langue japonaise, afin de pouvoir envisager d'y partir pour travailler un jour et puis on verra bien.
Voilà, c'est dit, laissez vos réflexions, je sera présent dans les commentaires!

じゃね!!

6 cowabungarrr!:

le Pape (Peterson),  lundi, 20 février, 2006  

A moi le kilo de patates !

"
[ EXPRESSION ]
« Tirer des plans sur la comète »

[ SIGNIFICATION ]
Faire des projets sur des hypothèses souvent peu vraisemblables ou vérifiables (et prendre un grand risque d'échouer).

[ ORIGINE ]
Mais pourquoi tirer des plans sur la comète et non une comète ?

Cette expression daterait de la fin du XIXe siècle. (exactement 1896)

Tirer (ou tracer) des plans implique de la précision et une certaine rigueur, comme celle nécessaire à la préparation correcte de projets importants.
Une comète, elle, est toujours en mouvement et son passage à proximité de notre planète ou à notre vue est éphémère. Tout le contraire de la stabilité nécessaire pour tirer des plans corrects.

Cette opposition indique bien que la précision, ou la rigueur, nécessaire à la bonne exécution des projets risque fort de faire défaut à cause des hypothèses hasardeuses ou des fondements instables.

Quant à la comète, c'était celle 'du moment', en 1882, très remarquée car très brillante et qui a provoqué la naissance de cette expression.
"


[applause, ovations et tout ce qui s'ensuit...]

le Père,  dimanche, 26 février, 2006  

La comête du moment serait elle celle de Haley ( 100 g de patates).
Une question à notre scientifique et heureux gagnat : quelle était la probabilité en 1896 d'abttre la comête en lui tirant des plans dessus ?

Trèfle de bêtises comme on dit à Dublin, et dans le Connemara (mais uniquement les gens cultivés, qui comme on le sait sont peu nombreux dans cette région, mais qui s'en foutenet, car justement, leur culture principale est celle de la patate, ce qui les a amené quand la dite patate s'est fait rare à émigrer aux Etats Unis, et non au Japon, comme certains l'imaginèrent en voyant Grégory Peck dans je ne sais plus quel fim où il avait les yeux bridés).

Trève de plaisanterie donc,(comme on pourrait dire aussi en Allemagne, sauf que Trèves s'écrit avec un S bande d'incultes), nous venons de vivre en lisant ce post un vrai moment de méditation philosophique de Matt.

Quels enseignements pouvons nous en tirer ?
Il aime la femme qu'il aime, ce qui est bien, car n'oublions pas sur le même thème la réflexion de Jules Renard : Je n'aime pas les carottes, et j'en suis râvi, car si je les aimais, j'en mangerais, or je les abhorre" CQFD

Matt semble aussi cultiver une certaine dilection pour le Japon. Ce qui ne peut qu'étonner ce qui suivent les tribulations trépidantes et dynamisantes de notre hétos ( je dis notre, mais honnêtement, c'est surtout le sien, car nous si on avait choisi, nous n'aurions peut être pas pris ces options là). Etonnés nous sommes, car depuis sa plus tendre enfance (expression à la c... là aussi, car l'enfance n'est pas vraiment tendre, mais bon), il nous a vanté les mérites des Etats Unis, de la Californie, de ces longues jeunes femmes bronzées (et à forte poitrine) de ces musiciens grattant leurs 12 cordes ( il faut toujours qu'ils se la pètent ces américains), de ces longues voitures aux chromes rutilants (Matt nous le savons tous est un fana des engins à 4 roues) ... et là patatras (et non pataras comme l'écrivents certains marins à l'esprit embrumé) il nous parle du Japon. Une vraie surprise pour nous.
Subissant un tel choc, il ne nous reste plus qu'à méditer nous aussi, ce que je vais aller faire en écoutant un petit Steely Dan.

le Pape,  mercredi, 01 mars, 2006  

Grands dieux... Il l'a fait !
Heureux propriétaire d'un kilo de patates tout neuf et rutilant, je tiens à m'incliner devant M4ttt qui prouve ainsi qu'il est homme de parole et heu... Fou à lier aussi...
Deux qualités éminemment respectables qui en font l'homme de valeur que nous connaissons...
Aussi siterais-je la devise DarkNozéen ne:
"Notre but est d'être atteint"

Pixo mercredi, 01 mars, 2006  

Je réitère mes remerciements face à ces compliments qui me vont droit au coeur que j'ai gros, malgré un plaisir relativement sournois que j'ai pu éprouver en te refilant ces 2kg5 de patates au milieu de l'après-midi, sachant que tu es à pied. ^^
Encore merci, cher Pape.

PS : Papa, évite de fumer la moquette avant de venir t'exprimer sur mon blog!^^ Merci pour ton message!!

Pixo mercredi, 01 mars, 2006  

Martin, j'ai viré ton message qui n'avait aucun rapport avec la choucroute, on n'est pas chez les zoulous, ici! ^^

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi