07 avril 2006

Croisement d'animaux...

Bon, j'avais dit que je ferai un post sur Oblivion, c'était compter sans mon craquage d'hier sur Animal Crossing : Wild World, sur Nintendo DS.


Ce satané jeu, auquel Alexia et moi avons joué pendant près d'un an sur Gamecube il y a 2 ans, qui lui-même n'était que la refonte légère de Doubutsu no mori sur N64 sorti en 2001, ressort donc sur DS, 5 ans plus tard, avec en bonus un mode online au poil, un mode de représentation un peu revu (on passe d'une vue plongeante sur un monde plat en 3d à une vue plongeante sur un monde cylindrique en 3d) et surtout la mobilité, je vous explique les principes du jeu et je reviens sur ce point.
Dans Animal Crossing, vous ètes un petit bonhomme (j'ai pas d'autre mot, là) qui emménage dans un village, généré aléatoirement à votre arrivée. Vous vous pointez sans rien, Tom Nook, le commerçant du coin vous prête donc une maison que vous allez devoir payer au fur et à mesure. Pour cela, vous allez travailler pour lui, faire des livraisons, etc, mais ce n'est pas le seul moyen de se faire de l'argent : vous pouvez cueillir, voire cultiver des fruits pour les revendre, pêcher dans la rivière traversant le vilage, ramasser des coquillages sur la plage, entre autres activités. Ceci dit, ce n'est pas une simulation de capitalisme, rien ne vous presse quant au remboursement de votre dette sinon le désire d'agrandir son logis. Mais si le deux pièces du départ vous convient, vous pouvez vous contenter de participer à des concours de pêche le dimanche, des chasses au trésors, fabriquer des objets, etc.
Le point important du jeu réside dans le fait que son déroulement est calqué sur l'horloge de la console : vous allumez votre machine à 20h, dans votre village il sera 20h! Les saisons ont aussi leur cycle, les habitants déménagent parfois, de nouveaux arrivants apparaissent, une longue absence de votre part sera remarquée par toute la communauté. Bref, une petite ville vivante dans votre poche!

C'est la que la mobilité intervient. Dans ses versions de salon, ce jeu exigeait un inestissement de temps plus important, il fallait se poser devant la télé, ce qui induit une certaine durée de partie. Là, la console est dans votre poche, elle se met en veille une fois fermée, vous n'avez même pas à attendre qu'elle démarre, le jeu est en route, il est donc tout à fait possible de jouer 10 minutes par-ci par là, votre vie parallèle devient donc plus une partie intégrante de votre vie de tous les jours, sans devenir une réelle contrainte, défaut majeur des anciennes versions à mon goût.
Toutefois l'absence de réel challenge, comme dans un jeu d'aventure, a dés le début permis de ne pas obliger les joueurs à jouer de manière trop suivie, en gros on ne rate pas vraiment grand chose si on ne joue pas tous les jours, mis à part les remontrances des habitants de votre village qui vont vous reprocher de ne pas donner de nouvelles. ^^

Bref, un bon jeu, qui m'enchante. ^^




ps : et en bonus la tronche du Dr Disco, en couleurs!!!!


4 cowabungarrr!:

Mr_Humpf vendredi, 07 avril, 2006  

Il ne me semble pas que ce Docteur Disco est obtenu la validation ISO 9000.

Que fait il ici ???

Pixo vendredi, 07 avril, 2006  

C'est un WIP, et compte tenu du fait que mon salopard de chef de projet-game designer n'iame pas le rendu, cette image risque de sombrer dans les méandres de l'oubli d'ici peu...
;)

Robert Hossein samedi, 08 avril, 2006  

Mais, mais ... c'est de la diffamation. Ca ne m'étonne pas d'un communiste comme toi.

Martin,  vendredi, 14 avril, 2006  

j'aime beaucoup dr disco, je le trouve bien fait.

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi