25 juin 2007

Peut-on rire de tout?

Je ne vais pas exactement parler d'humour, mais l'idée est la même que cette question que posait Monsieur Desproges il y a maintenant 25 ans.

Peut-on tout montrer? Et dans le cas présent, peut-on jouer avec tout?

Tout le petit monde du jeu vidéo est en ébullition ces derniers jours à cause du cas Manhunt 2, suite d'un jeu ayant fait date pour sa cruauté et son extrêment violence. Il s'agit d'un jeu que l'on peut qualifier d'aventure/action, dans lequel le protagoniste est une proie lâchée dans un environnement plus qu'hostile puisqu'il s'agit d'une sorte de décor de télévision pour un snuff movie façon télé-réalité. Le joueur doit donc sauver sa peau, et ce au prix de joutes d'une violence inouïe avec ses ennemis (on parle de découpage de tête à la scie, emasculation à la corde à piano, et autres joyeusetés). Ceci ne sera pas sans rappeler le pitch de Running Man, avec Arnold Shwarzenneger, film assez violent également.

Bref, Manhunt 2, initialement prévu pour Wii, Playstation 2 et PC, a reçu le label "Adult Only", catégorie englobant généralement les productions pornographiques, ce qu'il lui a valu d'être banni des catalogues Wii, PS2, et des grandes chaînes de distribution américaines, Wal-Mart, etc. Inutile de dire que dans ces conditions, Rockstar (par ailleurs responsables de la série également controversée des GTA) peut dire adieu à au moins 50% de ses recettes.

Je n'ai pas joué au premier Manhunt, et mon peu d'attrait pour ce type de divertissement risque de condamner sa suite aux mêmes égards. Malgré tout, ce débat de fond (pour ne pas dire cet incroyable coup de pub) pose une question intéressante.
Là où le cinéma a ses Cannibal Holocaust, et autres Irreversible, pourquoi le jeu vidéo en serait-il privé?

La mention Adult Only me semble justifiée, le problème n'est pas là. C'est un problème de support. Le cinéma a beau avoir interdit dans certains pays ou censuré lourdement certains films, il restait possible de les voir, pour ceux qui le voulaient vraiment.
Là, il sera impossible à quiconque n'ayant pas un PC adéquat de pouvoir s'essayer à ce que TakeTwo, l'éditeur du jeu, n'hésite pas à qualifier d'"oeuvre d'art".

Le problème de ce débat est qu'il est entretenu par des gens qui ont soit la tête dans le guidon (gamers) soit qui n'y connaissent pas grand chose mais sont payés pour donner leur avis, quitte à ce qu'il soit bidonné pour faire bien. Donc s'affrontent les factions "Le jeu a droit à sa liberté d'expression" et "mimer une décapitation à la wiimote, c'est mal".

Je serais assez curieux d'entendre donc les réactions des quelques non-gamers ou pas-trop-gamers de l'assistance de ce blog sur le sujet.


Vous avez 30 minutes.

5 cowabungarrr!:

M. lundi, 25 juin, 2007  

J'y repondrai, quand la photo du post d'en-dessous aura fini de me faire baver d'envie, et quand l'oeil de mes superieurs s'eloignera de l'ecran coupable d'ou j'ecris cette courte missive.

PS: je pense etre dans la categorie pas trop gamers, meme si bon.







zelda...raaaah....

Patrick,  jeudi, 28 juin, 2007  

Petite précision culturelle mais néanmoins intéressante, l'original n'est pas running man mais "le prix du danger", film français que j'ai vu à sa sortie en 1982, avec Gérard Lanvin et Michel Piccoli. C'était juste pour faire cocorico et étaler ma confiture de culture.

Patrick,  jeudi, 28 juin, 2007  

Au fait c'était un flm d'Yves Boisset.
Et re-culture et re-confiture.

Pixoshiru jeudi, 28 juin, 2007  

Tu as tout à fait raison, j'avais "le salaire de la peur" en tête, mais je savais que ce n'était pas le cas, et je ne voulais pas étaler ma confiture à coté de la tartine. :)
En passant, merci pour tout tes messages ! Ca me fait grand plaisir de te voir par ici! :)

Pixoshiru jeudi, 28 juin, 2007  

Que tout cela ne t'empêche pas de donner ton avis, en passant.

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi