14 septembre 2008

Rappel

On ne pouvait pas se quitter comme ça, je l'ai bien compris, et je reviens sous vos ovations qui me font rougir de honte d'être tant adulé par vous, cher public, avec un dernier morceau que nous vous interprétons ce soir, Tenori-On et moi.
Il s'agît du premier tiers du premier mouvement des Gymnopédies, de Wolfgang Amadeus Satie.



Pourquoi le premier tiers, me direz-vous?
Eh bien tout simplement parce que cet ersatz de ukulele de Tenori-On possède précisément la même limitation que Nanoloop, sur Gameboy, à savoir qu'on ne peut stocker que 16 blocs. Soit, à peu près l'espace nécessaire pour caser le premier tiers du premier mouvement des Gymnopédie de Jean Sebastien Satie.

Et puis vous pourrez aussi me dire que c'est minimaliste, en l'état, mais il est intéressant de noter que ça m'aura pris 10 minutes pour faire ce machin, composer avec le Tenori On peut être un processus foutrement rapide.
Ah et c'est joué live, aussi.

Enjoy !

2 cowabungarrr!:

Game A dimanche, 14 septembre, 2008  

Oh génial, j'ai toujours adoré Frédéric Satie !

Je veux bien que la musique sous contrainte soit quelque chose de très stimulant, mais 16 blocs, c'est tout de même bien peu vu le prix de l'engin. Ok c'est bassement matériel.

Mochi dimanche, 14 septembre, 2008  

J'ai oublié de préciser, 16 blocs par "song", et on peut stocker une inifité de ces "song", sur la carte SD. La limitation de 16 blocs tient au fait que l'on passe d'un bloc à l'autre en appuyant sur R5 et un bouton de l'écran, un bloc étant représenté par une colonne. Il y a 16 colonnes de boutons, donc 16 blocs sélectionnables live.
Ce n'est juste pas fait pour des morceaux avec des variations de thème aussi nombreuses mais plus pour des morceaux évolutifs par adjonction d'effets et transposition, une méthode de composition radicalement différente.

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi