12 juillet 2009

Public de merde

Je reconnais que comme introduction, j'ai déjà fait moins corrosif.
Mais là, c'en est trop.


L'été à Montréal a ceci d'agréable: à défaut d'un temps plaisant, on peut au moins se divertir grâce à la pléthore de festivités et autres animations artistiques qui y prennent place, comme notamment le festival de Jazz, et le festival du cinéma asiatique et fantastique, Fantasia.

C'est juste dommage que le public soit en grande partie constitué de bouseux malappris braillards et indolents.

Alors, mes amis québécois, je vous demande pardon, ça n'a rien de personnel, mais le Québec m'a gratifié, systématiquement, à chaque spectacle/film/concert auquel j'ai pu assister depuis plus d'un an et demi, du pire public que j'aie jamais croisé de toute ma vie.

Deux exemples récents pour illustrer mon propos.


Mardi dernier, j'ai eu la chance (merci Ian) d'aller au concert de Hiromi Uehara, pianiste de jazz fusion virtuose, accompagnée par ses trois comparses. Le concert en lui-même était exemplaire : énergique, créatif, stimulant, nerveux mais aussi parfois calme.
J'aurais apprécié pouvoir me passer de crétins profonds qui jugeaient bon de beugler (dans une salle de 200 personnes) "YEAHH THAT'S RIGHT" à chaque moment calme, voire intime, des morceaux, ou les tâcherons qui entrent, sortent, discutent à n'importe quel moment. Partir 25 minutes avant la fin d'un spectacle, en parlant à voix haute comme si le spectacle était fini, je n'avais JAMAIS vu ça (sauf au concert de Patrick Watson il y a un an, ici aussi).

Deuxième exemple, il y a cinq heures (le film était très long), j'étais dans une salle de cinéma pour la première de Love Exposure. J'ai eu droit à la totale.
Sonneries de portable, odeur de poulet frit ("Hey, le film commence, quel moment idéal pour ouvrir une barquette de poulet du général Tao, pas vrai chérie?"), la salle qui rit dans des moments pas drôles juste par effet de masse (genre un gros débile rigole, ses 140 copains gros débiles rigolent de concert des fois qu'il y ait eu un truc drôle qu'ils n'ont pas vu), gens qui applaudissent...
Applaudir dans un cinéma. Ca j'adore. C'est un classique, ici, en plus.

Un mot pour les sous-irrigués cérébraux : Les acteurs du film ne vous entendent pas applaudir l'écran, pas plus que moi je n'entends les dialogues pendant que vous êtes tous en train de vous pétrir les paumes. Quitte à faire du bruit, mettez-vous des claques au moins, que j'aie l'impression que le Seigneur vous punit quand même un petit peu pour être aussi mal élevés.

J'ai eu aussi droit à mon voisin, au bout de trois heures de film (sur quatre, j'ai dit que c'était long) qui se lève, me bouscule et part...pour revenir 5 minutes plus tard avec un putain de pop corn qu'il a machouillé pendant une demi heure.

J'essaie péniblement de contenir le flot d'animosité qui m'envahit présentement dans une tentative de vous épargner une collection superflue de jurons colorés, mais je suis sérieusement en colère contre le public québécois, qui fait peu de cas des oeuvres, des artistes, et du public qu'ils côtoient dans ces spectacles.
On se comporte mieux au CGR d'Angoulême.

Québécois, vous êtes un public de merde.

6 cowabungarrr!:

Dev dimanche, 12 juillet, 2009  

Cher Monsieur, je me vois de vous répondre avec Véhémence quant à Fantasia (tu verras elle est pas cool Véhémence). Fantasia est un festival de Geek pour les geeks. Chaque fois que tu vas voir un film à Fantasia, c'est pour l'ambiance. Donc que les gens applaudissent, rigolent, bouhoutent le méchant, ça fait parti du film. Et j'y vais en partie pour ça!!! Pour la sonnerie de portable et le général Tao, bon là, ça fait pas partie du folklore de Fantasia mais du cinéma ici :/

Par contre, pour le concert d'Hiromi (merci c'était génial), on aurait du les pendre haut et court, j'en conviens. Et je suis tout à fait d'accord avec toi.

Bref, si tu veux un endroit sans applaudissement, ne va pas à Fantasia :p! Mais on s'en reparle jeudi ;)

Pixoshiru dimanche, 12 juillet, 2009  

Héhé merci pour ton opinion, Dev (et bonjour à Véhémence, naïcetoumitiou). J'avoue que Fantasia c'est un truc à part, ceci dit, les applaudissements dans les films, c'est quasi systématique, ici, dés qu'à l'écran se passe un truc plus ou moins drôle ou surprenant. Ca me dérange pas sur le principe, juste c'est régulièrement à coté de la plaque et ça défonce souvent des moments un peu jolis des films.
Mais bon, je pars avec un handicap, j'aime pas les gens, donc quand en plus ils me parasitent personnellement, faut pas s'attendre à ce que je sois tolérant. ^^

Dev mercredi, 15 juillet, 2009  

Ils applaudissent à la fin généralement avec moi. Parfois, pas tout le temps. Je dois aller voir des films de merde :p

Pixoshiru jeudi, 16 juillet, 2009  

Les applaudissements à la fin, ça ça va. Je trouve ça aussi con vu que l'écran s'en tamponne qu'on l'applaudisse, mais bon, au moins le film est fini, donc ça ne brise pas l'ambiance d'une scène.

Patrick,  lundi, 20 juillet, 2009  

bof, tu sais, on a les mêmes à la maison!Hier, joli concert intimiste de Dina Tavares aux village sessions, toute la colonie de Didier N. était là (euh c'est pas que des enfants!)et parlait quasiment plus fort que ne chantait Dina! J'avoue que dans ces cas là faut une sacrée dose de concentration quand on est sur scène!Mais il est vrai que beaucoup de Québécois sont des descendants de Charentais!

Pixoshiru lundi, 20 juillet, 2009  

Héhé exactement, on retrouve le même comportement de ploucs qui me semble légitime en milieu rural mais un rien plus choquant dans une des plus importantes villes du Canada.
Entre les origines bretonno-charentaises et la promiscuité avec les états unis, en même temps, j'ai du mal à leur en vouloir...
(cliché, cliché ^^)

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi