21 septembre 2007

De la vérité sur les japonaises...

Il y a des limites à ce qu'un homme peut supporter.

Aujourd'hui, entre deux coups de batte de base-ball en alu sur mon moniteur, qui me nargue depuis 1 mois avec des bugs de Flash plein ses pixels, je me suis autorisé une pause-webglande.
Mais le grand oeil de la productivité me toisait sombrement tandis que j'arpentais les verts paturages du web 2.0, en quête de quelques brins d'herbe en streaming à mâcher d'une oreille distraite.
Me voyant ainsi, gaspiller les précieuses miettes de pain béni dont m'arrose généreusement le contribuable (je suis financé par la région poitou-charente, que je remercierai le 8 octobre prochain à 17h en salle 1 de l'Enjmin, en expliquant devant un parterre de gens venus là en sortant de la cantine de Leroy-Somer que j'ai passé 6 mois à bouffer du poisson frais et des plats raffinés pour la moitié du prix d'un ticket de restau-u), le grand oeil sus-nommé mis sur mon chemin une pierre noire, absorbant toute lumière, presque plus dure à voir qu'à prendre sur la tête.
Je n'aime pas souffrir seul, alors je vous la montre.




Vous avez compris. Vous avez vu, non pas une femme, non pas une asiatique.

Non, vous venez de voir une JAPONAISE.
Japonaise, qui plus est, en plein exercice de ses fonctions d'objet "kawaii" (ya vraiment pas d'autre mot), sous couvert d'alimenter son "vidéo blog".

Mais là, je dis non.
Non, je suis désolé, mais non. C'est au dessus de mes forces.

Ce n'est pas mignon. C'est grotesque.

S'il y a dans l'assistance un ou plusieurs mâles qui seraient susceptibles de trouver cette démonstration de culculterie caractérisée autre chose qu'irritante, qu'ils témoignent (sous couvert d'anonymat s'ils le souhaitent), parce que moi, ça me dépasse.

J'ai juste envie d'user encore un peu de ma batte en alu...

7 cowabungarrr!:

Peterson Gash vendredi, 21 septembre, 2007  

En lisant ton article, je me suis dis que tu exagérais, alors bon, je suis allé voir, et oui, moi je trouve ça autre chose qu'irritant. Je trouve aussi ça navrant, caricatural, grotesque et ridicule :p

Sinon, j'envisageais de faire un vidéoblog, parce que l'autre jour, je mangeais une pomme et que je me suis dit qu'il fallait que je fasse partager ça au monde entier… (en minaudant, ça pourrait le faire, non ?)

J'espère que tu n'avais pas raté l'inénarrable vidéo-skyblog (déjà, ça c'est de la référence) de Fadela Amara (fondatrice de "ni putes ni soumises" qui a vendu son… heu… qui est désormais alib… heu… ministre d'état du gouvernement sous la tutelle de notre ministre du logement et de la ville et néanmoins brandisseuse de bible, Christine Boutin)…
http://pourmaville.skyrock.com/
En matière de nanard-blog, c'est pas mal…

n.,  dimanche, 23 septembre, 2007  

Il est malheureux de constater à quel point vous n'avez rien compris. Matt, tu as une excuse. Tu es plongé dans le Japon jusqu'au cou depuis des mois. Tu manques de recul. Mais quand même...Si cet être que tu n'oses qualifier de "femme", dont tu évites le qualificatif "asiatique", est bien une japonnaise, une Japonnaise pardon, alors le Japon est un endroit horrible.
Moi cette vidéo m'attriste. Les simagrées que la bridée effectue comme un automate décérébré bloqué en mode teletubbies révèle un empoisonnement élevé à la Kawaïtude. Cela choque nos petits esprits d'occidentaux, habitués par ailleurs aux dérives Paris-Hiltoniques de nos contemporaines (non des Femmes, des dindes).
De plus, tu comprends peut-être les gazouillis de la greluche, mais d'ici la barrière de langue laisse entrevoir un autre message, celui vraisemblablement caché derrière les paroles vides et les gesticulations pathétiques, un message adressé à tout ceux qui tombent sur cette vidéo, lancée sur la toile comme une bouteille à la mer, un message pouvant se résumer a : " c'est ce que vous vouliez, non ? "

Mochi dimanche, 23 septembre, 2007  

Mon très cher n., laisse-moi te répondre.
La "bridée" parle en anglais donc on comprend parfaitement ce qu'elle raconte ("j mé achter 1 kolié avc 1 perl noar lol"), la barrière de langue n'en étant donc pas une, il n'y a rien là qui pourrait laisser plâner le moindre doute quant à sa tirade.
Mais surtout, les japonaises (avec un seul n, je ne les hais tout de même pas à ce point) je commence effectivement à les connaitre un peu, et même si yen a des biens, yen a des comme ça, par paquets de trouze mille.
Il n'y a rien qui saurait constituer une circonstance atténuante à quiconque use de ce genre de stratagème pour séduire/faire son intéressant/faire comme les copines/passer pour une truffe.

No mercy, beat'em all.

n.,  dimanche, 23 septembre, 2007  

^^ merci de préciser, mais je rebondissais mollement sur la manière d'appréhender l'anglais si particulière qu'on les japon(-n)ais en général.
Bah je peux pas m'empêcher de la prendre en pitié cette petite. On lui a dit d'être comme ça. Si stratagème il y a, c'est hérité d'une culture de la coquille vide dont au sujet duquel elle a pas demandé à naître dedans. Si ça se trouve, toi on t'aurait fourni à la naissance un ordi, des instruments de musique, pleins de BD et des consoles, tu aurais fini gratouilleur de HB dans un pays de geeks, gesticulant sur des jeux musicaux. Et même à coups de batte, y'aurait rien eu à faire.

Le Père,  jeudi, 27 septembre, 2007  

Bon, OK c'est nul, mais :
cela nous permet de cultiver un complexe de supériorité pas totalement désagréable
cela, à priori ne va pas inciter qui que ce soit à blesser son prochain, sauf par la connerie, et là soyons honnêt nous n'avons pas besoin des japonais ni d'autres.
Enfin, at last but not at least ( à ce propos : at last est une superbe chanson d'Etta James) tu n'aurais pas titillé ma curiosité, je n'aurais pas trouvé cette video, et surtout au bout de 30 secondes je serai passé à autre chose.
En conclusion, plus je vieillis plus je m'essaie à l'indilgence à l'utopie ce qui m'évitera d'aller regarder le blog de Mme Amara, qui a déjà prouvé par le passé qu'elle était capable de faire quelque chose, et quelque chose de positif, ce qui pour moi la mettra toujours au dessus de ceux qui n'ayant (à ma connaissance pas fait grand chose) se permettent de la moquer.
Je ne sais pas si le Japon est caractérisé par la niaiserie de ses fammes, et pour tout dire j'en doute, mais je suis sûr que le français est meilleur dans la destruction que dans la critique que dans la réalisation

Mochi jeudi, 27 septembre, 2007  

@le père:
Je te rejoins sur ton analyse du français, bien que je me permette de tenter de me dédouaner.
Qu'on me comprenne, des japonaises, j'en connais, et j'en croise des centaines tous les jours, en vrai ou à la télé, ou sur des affiches, etc, etc...
Je ne cherche pas à dénigrer la femme japonaise, d'abord parce que je ne dénigre pas gratos et dans ce cas précis je vois mal ce que cela m'apporterait.
Ensuite, parce que, comme je l'ai dit, des japonaises, j'en connais (Taki, Akari, si vous me lisez, salut à vous) qui sont à des lieues du specimen que l'on voit dans cette vidéo.
Enfin, parce que c'est un fait, les japonaises sont massivement éduquées pour servir l'Homme.
Un exemple simple, anecdotique, et pourtant parlant : cela fait plusieurs fois (dont une mémorable hier soir, post à venir sur le sujet) que je vais au restaurant avec mes collègues, parmi lesquels se trouve une japonaise.
Eh bien, il n'a pas été une seule fois où ce n'est pas la dame en question qui n'ait fait le service, de bout à bout, sans que les hommes n'esquissâssent le moindre geste pouvant témoigner d'une intention de relayer cette femme dans le service du repas.
Ca peut paraître anodin, il n'empêche, en France, en Europe, même, la situation passerait pour honteuse de sexisme à l'égard des femmes.
Ici, c'est juste normal.
Bref, et en conclusion, les japonaises ne sont évidemment pas plus gourdes que les autres, mais elles sont déjà tributaires d'une éducation/tradition qui prône une forme passive d'asservissement.
Je trouve donc relativement aberrant de voir à quel point cette hiérarchie entre les sexes est admise, et poussée à l'extrême.
Je ne juge pas, j'exprime le sentiment que cela m'inspire, c'est tout.
Je trouve cela aussi surprenant que les femmes musulmanes qui revendiquent le port du voile.

Quelque part, c'est une forme d'émerveillement, pour moi, tant de différences culturelles...

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi