17 février 2008

La menace rouge arrive !

Non, Cogopono ne se met pas à la politique, et il ne s'agît pas non plus d'une évocation d'un éventuel souvenir de cours d'histoire, les private joke ça va 5 minutes.
Non, aujourd'hui, nous aborderons un sujet bien plus poignant.

Vous aimez ça, vous, les oeufs de morue?

La question peut paraître incongrue, et j'avoue qu'elle n'attend de toutes façons pas vraiment de réponse. Car en vérité mes biens chers frères, en parlant d'oeufs de morue, je veux parler du tarako, un assaisonnement japonais à base, donc, d'oeufs de morue agglomérés que l'on fait généralement avec des nouilles, en morceaux, ou en poudre pour parfumer du riz.

Ca donne envie... bwerk

Je ne m'attarderai pas sur l'horreur contre-nature que constitue le mariage malheureux entre le riz japonais, donc la déliciosité n'est plus à démontrer, et cette saloperie rosâtre de tarako, qui a un goût suffisamment vomitogène pour faire passer pour enthousiasmante auprès d'un gourmand intégriste l'idée d'une grève de la faim à perpétuité.

Mais je ne suis visiblement pas le seul à honnir ce condiment.
En effet, le tarako est tout simplement dégueulasse au point que même ses propres fabricants s'en méfient. Jugez plutôt.
(pauvre plutôt)



Ces deux petites crécelles avec des jambes, c'est le duo Kigurumi (maintenant renommé Kigurumichiko, zètes contents de le savoir, hein?), dont vous venez d'entendre le premier single, Tarako tarako tarako (en japonais :
たらこ・たらこ・たらこ. Ne me remerciez pas).
Cette chansonnette pour le moins opressante est en fait le thème musical associé à la gamme d'assaisonnement à base de ces satanés oeufs de morue de la marque Kewpie, le Heinz japonais, connu surtout pour sa mayonnaise, dont le jaune "banane radioactive" donne un aperçu assez parlant du goût que peut avoir cette chose.
(c'est joli un aperçu parlant, pour un goût, non?)

Oppressante, cette chanson ne l'est que davantage quant au son on ajoute la traduction des paroles :

"Tattara, tattara
Tara-tara, Tarako
Tattara, tattara
Tara-tara, Tarako

Quand mon estomac crie famine, ils arrivent
Avec ses amis, ils arrivent.
Les oeufs de morue montrent leur tête
Ils arrive en faisant
Suicho Suicho

Soudain, ils sont de l'autre côté de la fenêtre
Soudain, ils sont dans la maison

Tarako, Tarako
Plein de Tarako
Tarako, Tarako
Plein de Tarako arrivent

Tarako, Tarako
Grumeleux Tarako
Tarako, Tarako,
Les grumeleux tarako arrivent

Plein de Tarako
Plein de Tarako
Plein de Tarako
Plein de Tarako

Quand je fais bouillir mes pâtes, ils arrivent
Tous joliement bien alignés, ils arrivent
Avec leur visage
toujours souriant
chakapoko, chakaraka

Charmant

Soudain, ils sont sur votre épaule
Soudain ils sont dans votre plat

Tarako, Tarako
Plein de Tarako
Tarako, Tarako
Plein de Tarako arrivent

Tarako, Tarako
Grumeleux Tarako
Tarako, Tarako,
Les grumeleux tarako arrivent

Plein de Tarako
Plein de Tarako
Plein de Tarako
Plein de Tarako

Tout au long de l'année, ils arrivent
La menace rouge arrive
Punyo-punyo, kunyo-kunyo (sons de cuisine)
tarakorinko
Grumeleux, puchi-puchi (sons de machouillage)

Tarako rinko

Soudain, ils sont dans votre bouche
Soudain, ils sont dans vos rêves

Tarako, Tarako
Plein de Tarako
Tarako, Tarako
Plein de Tarako arrivent

Tarako, Tarako
Grumeleux Tarako
Tarako, Tarako,
Les grumeleux tarako arrivent

Plein de Tarako
Plein de Tarako
Plein de Tarako
Plein de Tarako

Tattara, tattara
Tara-tara, Tarako
Tattara, tattara
Tara-tara, Tarako
Tattara, tattara
Tara-tara, Tarako
Tattara, tattara..."

Vous commencez à flipper, là, non?
Vous hésitez, maintenant, à avaler cette boulette de riz que vous avez négligemment tarako-isée en vidant sans y penser le petit sachet de poudre de perlimpinpin livré avec votre bento du jour.

Eh bien vous n'avez encore rien vu.



Voici donc l'un des spots publicitaires dont je vous parlais.
On a tout : la chanson flippante, l'acting de la gamine façon Shining, et les petites poupées à têtes de bébé qui avancent en bataillon rangé.

Oui, le Tarako, c'est dégueu ET flippant.

Puicho, puicho...

4 cowabungarrr!:

↑↑↓↓←→←→BA,  mercredi, 20 février, 2008  

Si je peux me permettre...
Pour parfaire cet intime moment de communion avec le concept peu ragoûtant de "chinmi" à la japonaise, j'ajouterai qu'il existe, en relation directe avec l'infâme tarako, une expression que tout nippophone est amené, un jour ou l'autre (mais en général, assez rapidement), à croiser.

"Tarako kuchibiru". Les "lèvres en tarako".

Ca veut tout simplement dire "lèvres pupleuses", en français normal. Mais c'est, aux côtés du rire gras et des cheveux frisouilles, une des caractéristiques distinctives du stéréotype de l"Obasan" japonaise. Celle qui hante les supermarchés, discute dans les rues des Shotengaï et marque son territoire à grands coups d'hormones femelles dans les réunions de PTA.

De quoi complèter le tableau d'horreur que ton article, au reste, dresse déjà de façon suffisamment complète pour que le quidam ait envie de fuir à la simple évocation de cette monstruosité rosâtre
- pourtant prisé par (une partie de) nos amis bridés.

Pour achever ton lectorat - et éventuellement ton estomac - je me permets de suggérer un post prochain sur ce qui est sans doute le plus effroyable des mets que recèle la cuisine japonaise : le terrifiant... l'effroyable... le monstrueux... Shirako.
(=testicule de poisson. Qui se mange, au choix, sur les œufs ou sous un lit de sperme.

Non, je ne plaisante pas.

Heureusement, il n'y a pas de chanson.)

↑↑↓↓←→←→BA,  mercredi, 20 février, 2008  

"prisée" avec un "e".
J'avais écrit "truc", et puis j'ai changé en "monstruosité"...
Et l'accord m'a retourné son pied dans la face.

Ah, langue française... cruelle pimbêche pinailleuse...

Mochi mercredi, 20 février, 2008  

Merci pour ton commentaire, cher code Konami, qui complète idéalement mes quelques lignes.

Sur ce, je vais vomir.
A bientôt!

ps : "Heureusement, il n'y a pas de chanson." Que les dieux t'entendent...

Bill,  mercredi, 20 août, 2008  

Je me permet d'ajouter (un peu tard certes) que cette chanson se trouve dans le très bon "Taiko no Tatsujin" (le jeu de tambours japonais), en version DS. Voilà.

Sur le net comme à la ville, Cogopono est skinné par   ©Ourblogtemplates.com, ProBlogger Template revu et corrigé par Mochi